Un BOILEAU peut en masquer un autre

« Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement » (Nicolas BOILEAU écrivain et poète)

… Alors rectifions les énonciations peu claires des plaques de la rue Boileau

et rendons à Jean-François BOILEAU son grade et sa ferme de Champignol




Il y a de nombreuses années, la Ville de Saint-Maur s’est dotée de plaques de rues en émail bleu indiquant l’origine du nom. Pour la rue BOILEAU de notre quartier, le nom ne comporte pas de prénom mais l’indication « poète 1636-1711 » évoquant ainsi Nicolas BOILEAU.

Or, cette rue doit son nom au Lieutenant-Colonel Jean-François BOILEAU (1773-1848), propriétaire de la Ferme de Champignol qu’il a vendue au grand-père du Docteur Henri MEIGE. Le nom de ce dernier a été donné à la rue qui dessert le lotissement issu de la Ferme de Champignol. Déjà en 1978, Mme MEIGE avait écrit pour signaler cette confusion.

Les plaques sont restées mais le site de la Ville de Saint-Maur comporte la

rectification.



Au fond de la rue Boileau : un blason aux armes de France ….




La Ferme de Champignol est mentionnée dès le 12ème siècle et il reste près du quai ce qui était le petit château du 17ème avec en façade un blason (difficilement visible de la rue) qui marquait ce rendez-vous de chasse en mémoire de la Princesse de Bourbon douairière.


Dessin Daniel Cotinaud et Jean Arnon 1988

…. et la « crypte » de la chapelle Saint-Nicolas patron des mariniers.

Ces ruines d’un lieu de culte, aujourd’hui recouvert, en forme de croix, contiennent-elles une crypte ou un tombeau. On a aussi évoqué un antique oratoire dédié à Saint-Félix martyr ?

Mme MEIGE (précitée) s’inquiétait déjà il a plus de 40 ans de l’identification et de la sauvegarde de ces vestiges laissés par la famille MEIGE en 1955.